Toucher-plaisir

Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de sa soeur la duchesse de Villars, v1594, Ecole de Fontainebleau (Détail)

Toucher, être touché : certains aiment d’autres pas. Pourtant, ce sens se révèle essentiel : développement affectif, confiance en soi, atténuation du stress…

De nombreuses études mettent en évidence ses effets positifs et cela à tous les âges de la vie. Les chercheurs ont d’ailleurs découvert que ne pas apprécier d’être touché pourraient être physiologique : ce serait lié au mauvais développement in utero des « fibres caresse », un circuit de capteurs de la peau liés à des zones cérébrales impliquées dans les émotions et le plaisir.

Or ce toucher-plaisir lorsqu’il fonctionne bien favoriserait justement la sécrétion principalement de deux hormones :

  • L’ocytocine, dite hormone du lien voire l’hormone de l’amour. Cette molécule renforce les liens de confiance et de coopération au sein de notre groupe social et apaise les réactions de stress
  • L’endorphine, aux propriétés analgésiques et euphorisantes.

Pas étonnant dès lors que le fait de se toucher ou pas comporte aussi une dimension culturelle : si en occident on se touche peu dans nos rapports sociaux, en Afrique, la communication est inséparable du toucher rappelle l’épistémologue Bernard Andrieu.

« Lorsqu’on se fait masser, on sort du registre de son apparence, on ne se conforme plus à une norme. Chacun revient à l’intérieur de son corps pour dresser sa propre cartographie sensorielle. C’est important car cela montre, par l’expérience d’être touché, que le bien-être ne peut pas être totalement externalisé dans le regard de l’autre. On se fait masser pour avoir un vécu unifié. L’inverse de ce que j’ai appelé le « corps dispersé ». Je ne suis plus un cerveau, un sexe et un bras mais un corps rassemblé. (…) C’est une manière d’activer la mémoire, de découvrir des zones inconnues de son corps » – Bernard Andrieu, philosophe, auteur de « sentir son corps vivant ».

Source : ça m’intéresse, dossier « se soigner par le toucher », septembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *